Le petit jean jau

Visitez le site Jean Jaurès Dernière mise à jour: 10.12.2019

Le hashtag : clé du monde dématérialisé

Le 04/11/2019

  7 lettres : HASHTAG, un signe : #.

Demandez à un passant ce que sgnifie cet assemblage de lettres à ses yeux. Sans équivoque, les mots sacrés "réseaux sociaux" scintilleront dans sa rétine.

  En effet, c'en est presque devenu un automatisme. Dans cette course aux likes, aux abonnés, à la visibilité, le hashtag s'avère bien efficace. Il permet de ranger les publications dans des catégories et d'apparaître dans le fil d'actualité de tout internaute partageant les mêmes centres d'intérêts.

Prenons l'exemple d'un idéal : la quête du corps parfait. Sur Instagram, on recense plus de 8 Mio de publications répertoriées #BodyGoals ! De quoi inonder le site d'images utopiques, qui amplifient le mal-être de pauvres adolescents, en pleine transformation physique.

Pire encore, cette course à la photo la plus instagrammable menace désormais des écosystèmes ou encore des espèces. C'est pourquoi, suite à la prévention de l'ONG Worlds Society for the Protection of Animals, le réseau social a mis en place un message d'avertissement automatique destiné à tout utilisateur inscrivant #KoalaSelfie ou #MonkeySelfie dans la barre de recherche. Et oui, derrière un selfie avec un animal jugé exceptionnelement mignon ou un endroit d'une beauté paradisiaque se cache souvent une horde de touristes n'attendant qu'une chose : prendre ladite photo, y ajouter quelques filtres, puis ... publier !

  Néanmoins, le hashtag peut également être utilisé à bon escient. En 2017 éclate l'affaire Weinstein. L'actrice Alyssa Milano publie un tweet, et relance MeToo (crée une dizaine d'années auparavant par la travailleuse sociale Tarana Burke, sans prendre une grande ampleur). De fil en aiguille, les femmes (très majoritairement) se sont exprimées sous la bannière #MeeToo, créeant un important mouvement social et plaçant sur le devant de la scène politique des féministes, bien résolues à être écoutées. Ce mouvement s'est exprimé sous la forme #BalanceTonPorc en France ou encore #MoiAussi au Canada; mais s'est aussi étendu à d'autres sujets comme #BalanceTonAllaitement, #BalanceTonHosto, #BalanceTonHomophobe, #BalanceTonGynéco, et tant d'autres encore. Le hashtag est alors utilisé à des fins revendicatoires et politiques. Cela ne donnerait-il pas aux réseaux sociaux une nouvelle image dans un monde définitivement associé au virtuel ? Serait-ce une nouvelle forme d'expression ?

  Un trop grand nombre d'individus oublie alors tristement la fonction du hashtag, que j'aurai dû nommer mot-clé ou croisillon dès le début de cet article. Loin des catégorisations, dénonciations, ce symbole se voulait juste être une stylisation de l'unité de masse libra, nom latin de la livre.

  Alors, abandonnons quelque peu les réseaux sociaux, malsains à bien des égards, et intéressons nous à ce monde pas si lointain, quand le numérique se résumait à la science-fiction.

Philippine DUPERON

Pièces jointes :

Page publiée le 04/11/2019 | Mise à jour le 10/12/2019 | Vue 146 fois