Le petit jean jau

Visitez le site Jean Jaurès Dernière mise à jour: 31.05.2020

Apathique journée d'un temps maussade

Le 02/12/2019

                                                 Apathique journée d’un temps maussade

 

Ce jour est enfin arrivé après d’interminables heures d’attente. Mais ce n’est pas un de ces jours qu’on attend avec impatience et enivrement. Non, on sait déjà qu’il va être long et rempli d’une multitude de souvenirs éteints.

Aujourd’hui, une nouvelle vie entrait dans ce monde mortel et tu n’es plus là pour fêter cette naissance. Tous les jours, une partie de moi cherche au plus profond de son âme des solutions pour te retrouver. Je sais que là-haut, tu dois sûrement m’observer en train de pleurer tous ces moments passés avec toi.

Ma grand-mère, si tu pouvais savoir à quel point tu me manques !

 Tu étais l’une des personnes à qui je pouvais faire confiance et tu étais surtout une camarade de joie. On s’amusait tellement ensemble, de mes cinq ans jusqu’à mes seize ans. L’alchimie de notre complicité a disparu soudain et a laissé place à un grand vide que je ne pourrai jamais couvrir car notre relation était unique. Je revois doucement défiler devant mes yeux nos sourires unis et ton si beau visage, complété par de traits fins. Tu étais si belle pour ton âge et tu osais même faire des acrobaties admirables. Je me rappelle la femme brillante que tu étais, toujours attentionnée. Même quelques larmes ne suffiront pas à expliquer que cette époque était la plus belle à vivre car avec toi, je pouvais m’évader de ce monde artificiel. J’ai beaucoup pensé à toi aujourd’hui.

 

Je t’aime ma petite grand-mère 

 

 

Pièces jointes :

Page publiée le 02/12/2019 | Mise à jour le 31/05/2020 | Vue 123 fois