Le petit jean jau

Visitez le site Jean Jaurès Dernière mise à jour: 16.10.2019

LUCAS NASRI, COMTE DE ROUCY.

Le 16/10/2019

Qui es-tu ?

 Un malpensant. Ou simplement un pensant. En tout cas, plus qu’un bienpensant.  

 

Pourquoi participer au club journal ?

 

Pour Madame Cornu.  

 

Qu’est-ce qui te plait ?

 

Moi. Tout ce qui s’éloigne de vous et s’éloignera éternellement de vous. Le génie. (ndlr, je suis d'ailleurs un génie qu'on ne voit pas, rappelez-vous de ces instants où vous cherchiez ces lunettes pourtant logées sur votre nez). 

 

Sur quoi vas-tu écrire ?

 

Du papier. Puis sur le support qui abrutit les gens en leur prêtant l’illusion d’avoir l’érudition dans la main. Dans la main, peut-être. Dans la tête ? Dans la vie ? Dans les conversations avec moi ? J’ai remarqué que, dès lors que l’on subit quelque peu son propre esprit, malheureux de penser, les autres s’empressent de vous prouver qu’eux aussi pensent. Ils grimacent de la voix un accent qu’on ne soupçonnait point à l’ignorance qu’on leur connaissait, selon eux l’accent des « intelligents ». Ils bégayent, électrocutée élocution, électrolocution, un vocabulaire qu’ils semblent accorder "au siècle des rois" où les gens croyaient encore en autre chose qu’en eux. L’individualité pour tous, c’est donc l’identité pour personne ? Vous pérambulez dans les couloirs, un chef-d’œuvre dans les mains et vous voilà aussitôt traînant des abrutis dans vos pattes : « tiens ça a l’air super c’que tu lis » traitant de Léon Bloy, Octave Mirbeau, JK Huysmans plutôt que JK Rowling, voilà donc le sort des génies, de finir "supers". La vie moderne est décidément supère.

 

Le mot de la fin ? 

« A voté » pour la plupart. (Par ailleurs, très démocratique ce concept de plupart, démocratie : la gouvernaille des pluparts)

 

Votre immodeste serviteur, 

Lucas Nasri.

 

Page publiée le 16/10/2019 | Mise à jour le 16/10/2019 | Vue 55 fois